Skip to main content

Cassina lutte contre la contrefaçon de Le Corbusier

Le 16 février 2011, la marque de design Cassina a organisé une action de destruction de 75 meubles contrefaits Le Corbusier sur le site Stallaert à Vilvoorde. Cassina a demandé à FINN d’attirer l’attention de la presse autour de l’action. En 1965, Cassina a été choisie par Le Corbusier en tant que seul fabricant au niveau mondial à posséder les droits de production exclusifs de modèles iconiques tels que le fauteuil LC2 et la chaise longue LC4. A l’aide de cette destruction, Cassina voulait, en collaboration avec son avocat Herman Croux (partenaire chez Marx Van Ranst Vermeersch & Partners), avertir le marché du fait que la contrefaçon est meurtrière pour la créativité dans le secteur du design.

Challenge

Le plus grand challenge était de générer de l’attention positive de la presse non seulement quant à l’action de destruction en particulier, mais également d’attirer l’attention du public sur la lutte contre la contrefaçon en général.

Approche

La contrefaçon n’est pas un thème nouveau. Afin de maximaliser l’attention de la presse envers l’action de destruction, FINN a choisi de mettre l’accent sur une nouvelle tendance : le commerce de la contrefaçon, et par conséquent la lutte contre celle-ci, se déplacent de plus en plus vers internet. Grâce à cette manière d’aborder les choses, l’action de destruction a été cadrée dans un contexte plus large. FINN avait évalué que l’intérêt des journalistes pour la lutte contre la contrefaçon pouvait être augmenté en adoptant ce point de vue.

Concrètement, FINN a invité plus de 1.000 journalistes francophones et néerlandophones à l’action de destruction et a personnellement contacté par téléphone une sélection de médias : entre autres les hebdomadaires (Trends/Tendances, Le Vif, Knack), la presse audiovisuelle (Canal Z, le journal de la VRT, VTM Nieuws) et les rédactions régionales des journaux (Het Laatste Nieuws, Het Nieuwsblad, …).

Suite à la conférence de presse, un communiqué de presse (“La marque de design Cassina lutte contre la contrefaçon des meubles Le Corbusier ») a été envoyé à 1.000 journalistes francophones et néerlandophones. Durant la destruction même, des photos ont été réalisées par un photographe de presse professionnel. Celles-ci étaient ensuite disponibles pour les journalistes.

Résultat : médias

L’action de destruction de Cassina a fait l’effet d’une bombe dans les médias. Le programme d’actualité Peeters & Pichal sur Radio 1 a même accordé au thème presque 20 minutes, et a lui-même organisé, suite à l’action de Cassina, une destruction d’une contrefaçon Le Corbusier dans les bâtiments de la VRT. Cette action a également été reprise de manière ludique par d’autres médias (« Sven Pichal pris en flagrand délit de vandalisme » sur clint.be). Les autres médias ont largement mentionné Cassina : entre autres le journal de la RTBF, les nouvelles de Radio 1, le journal de la VRT (dans toutes les émissions de 13h jusqu’à 23h), Radio 2 et fm Brussel.

De plus, Cassina est apparue dans tous les journaux importants régionaux et nationaux, ainsi que dans leurs versions en ligne : Le Soir, La Libre Belgique, La Dernière Heure, De Tijd, De Standaard, Het Laatste Nieuws, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen, Het Belang van Limburg. La plupart des médias ont en plus publié une ou plusieurs photos du photographe qui était sur place.

Résultat : message

Le choix de mentionner dans le communiqué le déplacement de la contrefaçon vers le web a été un succès, comme le démontrent les titres tels que « Le design contrefait prospère via les magasins sur internet » (De Standaard) et « Un producteur de sièges de luxe lutte contre la vente illégale sur internet » (Het Nieuwsblad). La plupart des publications se sont principalement axées sur l’action de destruction, mais ont également publié des citations d’Alessandro Buffoni (Cassina) et d’Herman Croux (avocat de Cassina) quant à la tendance plus large du commerce d’articles contrefaits.